28 avril 2021 Blog

INTERVIEW D'ESTEBAN GARCIA

Image d'actualité

#1 Bonjour Esteban, peux-tu te présenter ?

Bonjour ! Je suis Esteban Garcia, fondateur de Realteam Sports, une structure qui rassemble deux entités sportives, une dédiée à la voile, l’autre à l’automobilisme. J’ai débuté dans le sport de haut niveau grâce à la voile.  J’ai ensuite commencé le sport automobile en 2010, à presque 40 ans. Je pilote au sein de l’écurie Realteam Racing depuis sa création.

 

#2 Comment se sont passés tes débuts en sport auto ?

J’ai débuté avec une monoplace en Formule Renault, comme gentleman driver, avec des amis. J’ai beaucoup apprécié de piloter, que ce soit sur des circuits européens ou d’autres ailleurs dans le monde, comme à Abu Dhabi par exemple. Cela m’a permis de prendre un très grand plaisir à rouler sur circuit.

 

#3 Pourquoi as-tu choisi l'endurance comme discipline ?

Cela s’est fait assez naturellement... J’ai toujours pratiqué des sports d’endurance, notamment dans la voile où il faut tenir sur la longueur, parfois plus de 24 heures comme durant le Bol d’Or. Il s’agit de la plus grande course du monde en lac fermé, avec plus de 550 bateaux engagés. Nous avons d’ailleurs remporté cette course en 2012 avec Realteam Sailing.

Mes amis et mes coéquipiers m’ont toujours considéré comme un marathonien car je pouvais rouler pendant des heures sans ressentir de fatigue.

Le sport en général et le sport d’équipe en particulier transcendent les gens. C’est là que le nom de Realteam prend tout son sens. Avec des coéquipiers, on peut partager à la fois les souffrances et les succès: ça rend le sport encore plus magique. Voilà pourquoi l’endurance procure des émotions extraordinaires quand tout se passe pour le mieux jusqu’à la fin, après avoir souffert pendant plusieurs heures au volant.

 

#4 Qu'est-ce qui te motive dans cette nouvelle saison avec Realteam Racing ?

Cette saison, nous arrivons au Graal, à la raison d’être de Realteam Racing : participer aux 24 Heures du Mans. Il s’agit d’un objectif que je me suis fixé il y a une dizaine d’années.

A l’aune de la cinquantaine, je me suis dit qu’il était temps de passer cette année à cette étape tout en participant au WEC, le Championnat du monde d’endurance de la FIA. Il s’agit du stade ultime de cette discipline. Je suis particulièrement heureux que les règles aient changé et que l’ACO ait accepté de faire une nouvelle catégorie Pro-Am pour les LMP2. J’ai suivi la filière logique avec la Formule Renault, puis la LMP3, pour rouler aujourd’hui avec la LMP2.

C’est encore plus motivant de savoir que nous jouons à armes égales avec d’autres concurrents. Notre but est évidemment d’essayer de faire des podiums et, pourquoi pas, de gagner Les 24 Heures du Mans en Pro-Am. Je pense qu’il est normal de se fixer un tel objectif lorsque l’on évolue au sein d’une écurie qui compte Norman Nato et Loïc Duval dans ses rangs. Ce sont des coéquipiers extraordinaires.  Chacun d’eux a un super palmarès. Ils sont aussi formidables humainement et on commence déjà à avoir une excellente ambiance entre nous. Nous parlons tous la même langue et c’est un avantage. Norman est français et il habite à Monaco, où j’ai vécu pendant 16 ans. Quant à Loïc, même s’il est français, il habite en Suisse. D’ailleurs, il est déjà plus suisse que français puisqu’il prononce déjà les nombres « à la suisse », comme nonante-quatre au lieu de quatre-vingt-quatorze (rires). Et il y a aussi David bien sûr, qui est pilote de réserve cette année. Cela fait trois ans qu’il m’accompagne et j’ai beaucoup appris avec lui. Il me soutient notamment pour les sessions sur le simulateur et est toujours de bon conseil.

 

#5 Comment imagines-tu cette saison 2021 ?

Je suis très heureux d’avoir commencé cette saison par une virée en Laponie, sur la glace. Le team-spirit était au rendez-vous. Le premier roulage en Espagne a aussi été de bon augure et nous avons hâte de reprendre la piste à bord de notre Oreca 07.

 

#6 Quel est ton circuit préféré ? 

Sans surprise, mon circuit préféré est celui des 24 Heures du Mans. J’ai eu l’occasion de le découvrir l’an dernier durant le Road To Le Mans et c’était une sensation extraordinaire. L’autre circuit que j’aime beaucoup est celui de Spa-Francorchamps, avec le fameux Raidillon de l’Eau Rouge que j’adore passer à fond. Je ne suis pas sûr que j’y arriverai aussi bien en LMP2 qu’en LMP3 (rires).

Galerie

Dernières actualités